Économie

Faudra-t-il travailler plus pour relancer l’économie ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Économie” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Comme nous le constatons tous, la crise sanitaire du COVID-19 est en train de toucher l’économie mondiale. Celle-ci semble bien avoir besoin d’un petit coup de pouce pour redémarrer sur les bons rails.
C’est dans cette optique que des personnalités proposent une idée qui risque de faire débat dans l’opinion publique : celle de l’augmentation du temps de travail pour sortir de la crise.

D’abord un constat : alors que les pays touchés par le COVID-19 s’apprêtent à redémarrer leur activité économique, se pose la question des modalités à définir pour réaliser ces plans de relances.

Pour faire face à cette situation inédite, certains économistes (comme Bertrand Martinot) sont – par exemple – pour l’augmentation de la durée du temps de travail.

En effet, une telle décision aurait pour avantage notable de contrecarrer les effets néfastes des mesures de sécurité obligatoires (comme les masques, les gants, ou la distance sociale) amenant fatalement à une baisse de la production dans de nombreux secteurs.

En outre, ne pouvant pas encore embaucher de nouveaux travailleurs (faute de moyens suffisants pour leur proposer des contrats décents), les entreprises auraient tout intérêt à s’appuyer sur des employés travaillant plus, plutôt que de recourir au partage du temps de travail avec de nouvelles recrues (dont il faudrait, par ailleurs, assurer la formation).

Sans surprise, une telle proposition ne réjouit pas tous les acteurs du circuit économique. Déjà fortement sollicités depuis le début de la crise, des travailleurs de secteurs stratégiques pointent déjà du doigt les inévitables risques de surmenage qui résulteraient de telles décisions. Contraints de travailler plus de 40 heures par semaine, des travailleurs pourraient – en effet – encourir de vrais risques pour leur santé.

Il en va de même pour les employés assurant leurs tâches par télétravail. Pouvant difficilement séparer leur vie professionnelle de leur vie personnelle, ces derniers pourraient être en proie à une forme de démobilisation qui, in fine, nuirait également à la productivité de leurs entreprises.

Enfin, une augmentation (même momentanée) du temps de travail animerait la peur d’un prolongement indéfini du statu quo sanitaire (et donc des mesures économiques qui en découlent).

Un coup de canif dans le contrat social qui pourrait relancer brutalement les manifestations anti-gouvernementales.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre