Culture Générale

Pourquoi “euro” est écrit sans « s » sur les billets ?

euro

Si vous regardez un billet en euro ou même une pièce de 2 euros, vous verrez que le mot « euro » est écrit au singulier alors qu’en français il devrait bien sûr être au pluriel, avec un « s »  final. C’est étrange car sur les monnaies étrangères comme le dollar, le nom de la monnaie est bien écrit au pluriel. Alors pourquoi l’euro fait-il exception ?

« Euro » n’est pas un mot invariable. Il doit bien s’accorder. Une des notes de la Banque de la France au moment du passage du franc à l’euro indiquait bien qu’en français ce nom prend la marque du pluriel : on écrit donc « dix euros ».

S’il n’y a pas de « s » à la fin d’ « euro » sur les billets et pièces c’est en raison du caractère de monnaie unique de l’euro. Utilisés dans de nombreux pays, ces billets et doivent pouvoir circuler dans tous les pays de l’Union monétaire. Or dans un certain nombre d’entre eux les règles du pluriel ne sont pas les même que chez nous.
Aussi pour simplifier les échanges on a choisi d’inscrire sur les billets et pièces le nom de la devise.

Sur un billet de 10 euros il faut lire le chiffre « 10 » dans la monnaie « euro », et non « 10 euros ».

Il existe sept billets entre 5 et 500 euros. Y figurent des motifs qui représentent l’évolution architecturale européenne à travers les siècles. On trouve au recto  portes, portails ou fenêtres, qui symbolisent l’« esprit d’ouverture et de coopération qui règne au sein de l’Union européenne » et au verso un pont, symbolisant l’« union des peuples européens entre eux et de l’Europe avec le reste du monde ».

Mais ces constructions architecturales ne sont pas réelles. Elles ne se trouvent dans aucun des Etats membres. C’est un choix réfléchi afin d’éviter les querelles sur la prééminence de chaque État. Mais on peut aussi se demander si cela ne renforce pas le sentiment dans les populations que l’Europe est une idée, belle peut-être, mais une idée qui manque dramatiquement d’incarnation, puisqu’elle est même incapable de représenter ses propres monuments, qui existent pourtant bel et bien, sur ses billets de banque.

Bien qu’il ne s’agisse pas de monuments identifiables, les billets de 5 euros présentent une architecture classique (romaine), les billets de 10 euros une architecture romane, ceux de 20 euros une architecture gothique, ceux de 50 euros un style Renaissance, ceux de 100 euros le baroque et le rococo, ceux de 200 euros le style Art nouveau et les billets de 500 euros une architecture moderne.


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre