Santé

Le détecteur de mensonges est-il fiable ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Le détecteur de mensonge est aussi appelé « polygraphe ». L’idée centrale est ici que le fait de mentir provoque une réaction émotionnelle chez celui qui ment et que celle-ci s’accompagne nécessairement de  manifestations physiologiques qu’une machine peut mesurer.

Cette idée de détecter des changements chez une personne en train de mentir n’est pas neuve. Déjà au Moyen Âge, les juges faisaient avaler de la farine aux accusés pour identifier ceux dont la bouche s’asséchait, et qui étaient censés en conséquence mentir. Puis au 19ème siècle on utilise des méthodes plus scientifiques. Notamment avec Cesare Lombroso qui inventa en 1885 un détecteur de mensonge qui mesurait la pression sanguine.

Rapidement on se rendit compte que la réaction émotionnelle que provoque dans le corps un mensonge ne peut être mesurée par un seul marqueur. L’idée est alors de multiplier ces marqueurs. Ce qui explique que la machine de nos jours  s’appuie sur de multiples mesures : pression artérielle, rythme cardiaque et respiratoire, conductivité de la peau qui varie en fonction de la transpiration, diamètre pupillaire ou encore température.

Mais notre question initiale était est-ce que ce dispositif, même s’il a été sophistiqué avec le temps, est vraiment fiable ? La fiabilité de cette technique n’a jamais pu être prouvée scientifiquement. Il a même souvent été prouvé qu’un très bon menteur pouvait tromper le polygraphe.
C’est pour cette raison que les résultats obtenus avec elle n’ont aucune valeur de preuve pour la justice française.
Mais ce n’est pas exactement le cas partout dans le monde. En Belgique par exemple il est utilisé comme méthode d’interrogatoire depuis 2001, mais là-bas il ne représente qu’une indication, il n’a pas de valeur légale.
Quant aux États-Unis les résultats peuvent être utilisées comme pièces de dossier au tribunal mais sans toutefois avoir le statut de preuve.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre