Économie

Comment fonctionnent les machines à sous ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Économie” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Les premières machines furent mises en circulation à la fin du XIXe siècle. Depuis elles ont fortement évolué et se déclinent désormais sous forme physique et numérique. Mais pour beaucoup de joueurs, une question demeure: comment fonctionnent-elles ? (et, accessoirement, comment en tirer profit ?)

Il faut commencer par rappeler un principe essentiel. Censées reproduire le hasard, ces machines sont des appareils électroniques (ou, désormais, des programmes numériques) dont les combinaisons ne doivent pas être prédictibles par les joueurs qui les utilisent.

De ce fait, même si elles relèvent de multiples modes de fonctionnement (selon qu’elles sont réelles ou virtuelles), ces machines ne peuvent – dans leur principe – laisser au joueur la possibilité d’établir une stratégie qui pourrait lui permettre d’anticiper la prochaine combinaison sortante.

Ainsi, à l’origine, le joueur devait insérer une pièce et faire tourner plusieurs bobines jusqu’à ce qu’elles s’arrêtent. Si plusieurs motifs identiques s’alignaient, il gagnait alors une somme plus ou moins importante, selon la nature de la combinaison.

Aujourd’hui, toutes les machines à sous sont contrôlées par un ordinateur et fonctionnent donc au moyen d’un système de générateur de nombres aléatoires (appelé RNG, en anglais). Ce générateur agit comme le garant de parties fiables et sécurisées.

Avec un taux de redistribution compris entre 5 % et 10 %, le casino reste, toutefois, le principal gagnant à chaque partie. Ce taux est vous l’avez compris, le pourcentage de reversement des gains au joueur).

Et nul besoin de s’affairer à les faire déjouer, les machines à sous sont conçues pour n’obéir qu’au hasard. En effet, le générateur de nombres aléatoires (fonctionnant via un programme informatique) est régulièrement – et rigoureusement – contrôlé par les autorités (en France, par l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne). Le but : être certain que les résultats affichés par la machine ne soient que le pur fruit du hasard. 
Ainsi, lorsque le joueur actionne la manette, le générateur choisit un nombre entre 0 et 4 milliards, chacun d’entre eux étant associé à une position de la roue. C’est cette combinaison qui déterminera le gain final du joueur.

De ce fait, même si des hackers ont (à quelques rares reprises) réussi à pirater des machines à sous, à leurs propres fins, le premier allié de tout joueur reste la chance.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre