Santé

Connaissez-vous la drogue nommée “laudanum” ?

laudanum

S'abonner au podcast
Le laudanum fut créé au 16e siècle. Ce médicament utilisé comme drogue fit à cette époque d’innombrables victimes en Europe, en particulier en Angleterre et en France.

Composé d’opium, d’alcool à 30 degrés et de safran il en existait quelques déclinaisons en y ajoutant par exemple du sucre ou du miel. Connu aussi sous le nom de “vin d’opium”, sa composition finale fut mise au point par le médecin suisse Paracelse.

En médecine, les docteurs pouvaient en prescrire pour lutter contre des diarrhées aiguës et chroniques, résistantes à tout autre traitement médicamenteux ou pour calmer des douleurs en raison de sa teneur en morphine.

Ainsi au 19e siècle surtout, parce que la pharmacopée était limitée, les médicaments dérivés de l’opium étaiet considérés comme les plus efficaces. Ceci explique pourquoi le laudanum était alors prescrit pour un grand nombre de maladies, de la grippe à la méningite, chez l’adulte comme chez l’enfant. Mais dans ce dernier cas on sait aujourd’hui qu’il causa la mort d’un grand nombre d’entre eux, notamment en Angleterre. Un grand nombre de femmes de l’ère Victorienne se virent prescrire du laudanum pour atténuer leurs douleurs menstruelles.

Mais si je vous en parle aujourd’hui c’est que le laudanum était également utilisé pour les effets qu’il produisait sur le corps en dehors de toute souffrance ou maladie; dans le cadre d’une utilisation que l’on qualifierait de nos jours de “récréative”.

Au Royaume-uni, le laudanum était en vente libre, ce qui facilita grandement sa consommation comme drogue. Le poète Thomas de Quincey lança la mode dans les milieux artistiques et littéraires des expériences sensorielles avec l’opium. En 1821, il publie dans le London Magazine, les Confessions d’un mangeur d’opium anglais où il raconte son expérience personnelle avec le laudanum de 1804 à 1812. Il lutta toute sa vie contre sa dépendance à la drogue.

Ainsi à son époque sue en Asie l’opium est fumé à la pipe, en Occident il est surtout bu sous forme de laudanum. L’opiomanie touche alors toutes les classes de la société.

Son usage était tellement répandu à l’époque qu’on en trouve la trace dans la littérature. Par exemple Dracula s’en sert pour endormir ses victimes. De même on le retrouve chez Baudelaire. Il publie en 1860 Les Paradis artificiels dans lequel il traite des « voluptés » et des « tortures » de l’opium. Dans La chambre double, il évoque clairement l’ambivalence du laudanum : « Dans ce monde étroit, mais si plein de dégoût, un seul objet connu me sourit : la fiole de laudanum ; une vieille et terrible amie ; comme toutes les amies, hélas ! féconde en caresses et en traîtrises ».

Ainsi la France a également connu la mode de l’opium dit récréatif comme en Angleterre, mais aans toutefois subir le phénomène d’addiction d’une partie de la population.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre