Sciences

Comment l’effet McCollough modifie durablement votre cerveau ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Sciences” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
L’effet McCollough est un curieux effet d’optique. Les personnes exposées assez longtemps à l’observation de grilles disposées d’une certaine manière voient leur perception modifiée de façon durable. Plusieurs hypothèses ont été énoncées pour expliquer ce phénomène.

Un surprenant effet d’optique

Si vous voulez tester l’effet McCullough, baptisé ainsi du nom de la psychologue américaine qui l’a découvert, il faut observer deux grilles.

L’une est composée de traits horizontaux, les rayures noires alternant avec des rouges. L’autre grille est formée de traits verticaux, noirs et verts. Il convient de regarder ces deux grilles plusieurs fois et sur un temps assez long.

Portez ensuite votre regard sur des grilles en noir et blanc, où les traits horizontaux alternent avec les rayures verticales. Vous aurez alors l’impression que l’espace blanc entre les bandes horizontales est vert et que les stries blanches, entre les traits verticaux, sont rouges.

Ce qui est le plus étonnant, c’est la durée du phénomène. Si vous fixez les grilles durant un quart d’heure, l’effet pourra persister plus de trois mois. Cette observation a donc modifié le fonctionnement du cerveau.

Toutefois, il est possible de mettre fin à cette illusion d’optique en penchant la tête d’une certaine manière.

Plusieurs hypothèses

les scientifiques n’expliquent pas encore l’effet McCullough. Pour l’instant, ils se contentent d’émettre des hypothèses, dont aucune ne s’est imposée à l’ensemble de la communauté scientifique.

Pour certains, dont la psychologue qui l’a découvert, l’effet McCullough s’expliquerait par une accommodation des neurones impliqués dans le traitement des informations visuelles.

Le phénomène pourrait également être dû à une tentative du cerveau de corriger ce qu’il perçoit comme une erreur du système de perception. En effet, l’association d’une direction, verticale ou horizontale, avec une couleur, n’est pas un phénomène fréquent dans la nature.

De ce fait, le cerveau l’interpréterait comme un mauvais fonctionnement de l’œil et tâcherait de réparer l’erreur constatée. Enfin, il pourrait s’agir d’une sorte de conditionnement des neurones responsables de la perception des couleurs.

Aucune de ces hypothèses ne fait l’unanimité. Malgré tout, l’explication donnée par Celeste McCullough semble à de nombreux scientifiques la plus probante.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre