Sciences

Combien faut-il de personnes pour coloniser une planète ?

colonie

S'abonner au podcast
Des chercheurs de l’Observatoire astronomique de Strasbourg ont étudié l’exoplanète qui pourrait être habitable et qui est la plus proche de la Terre: Proxima Centauri b. Dans leur étude qui vient d’être publiée, ils en ont profité pour calculer le nombre d’individus qu’il faudrait y envoyer pour pouvoir la coloniser de façon pérenne, c’est à dire pour qu’une colonie y survive en se reproduisant.

Résultat, il faudrait seulement 98 personnes.

Pour parvenir à ce chiffre ils ont utilisé un code probabiliste appelé Heritage, qui prend en compte un grand nombre de paramètres parmi lesquels le nombre de personnes de sexe masculin et féminin, leur santé, leur âge, les risques liés à la consanguinité etc… Par ailleurs ce modèle simule des maladies au sein du groupe, y compris graves, comme la peste et des accidents qui détruiraient une partie des équipements.

Mais avant de coloniser cette planète il faudrait en premier lieu l’atteindre. Située à 4,22 années-lumière de la Terre, il faudrait avec une navette spatiale actuelle plus de 100.000 années.

Il faudrait donc utiliser un autre moyen, par exemple l’accélération gravitationnelle (la vitesse des sondes spatiales), qui permettrait de se déplacer à 200 km/s. Dans ce cas le voyage durerait tout de même 6.300 ans.

C’est en se basant sur cette vitesse que les chercheurs ont travaillé. En plus de 6000 ans il faudrait un grand nombre de générations pour atteindre la planète; c’est pourquoi le modèle mathématique calcule chaque année le nombre de décès et de passagers restant, ainsi que les naissances nécessaires au renouvellement de la colonie sur le chemin de Proxima Centauri b.

Si cette étude semble intéressante comme expérience de pensée, elle ne tient pas compte d’un grand nombre de facteurs, comme les ressources en eau et en nourriture ou les interactions psychologiques entre les membres de l’équipage. Elle reste donc largement théorique.

Un grand nombre de question reste en suspens: comment réagiraient les générations dont la vie serait résumée à la vie à bord et dont la finalité serait celle d’avancer d’une génération uniquement.
Comment s’organiserait le pouvoir à bord ? Comment les colons réagiraient-ils face au respect d’un système de reproduction très strict afin d’éviter une probable surpopulation de l’exoplanète…

Dautant qu’une étude précédente n’était pas parvenue du tout à la même conclusion. Celle publiée dans Acta Astronautica, il y a 4 ans, avait conclu qu’il faudrait 40.000 personnes pour assurer la survie d’une colonie. Selon le chercheur Cameron Smith, un anthropologiste de Portland State University, 14.000 est le strict minimum pour assurer un brassage génétique.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre