Incroyable !

Certains animaux font la guerre

vis Abonnez-vous au podcast “Incroyable!” pour ne rater aucun nouvel épisode:
spotify-r. S’abonner
apple-r-1 S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
La guerre ? Voilà un fléau qui semble être l’apanage des humains. Faux ! Contre toute attente, d’autres primates se livrent également des combats acharnés, comme ce fut le cas à Gombe (en Tanzanie), de 1974 à 1978. Opposées en communautés, les chimpanzés se déchirent, en effet, fréquemment dans le cadre de guerres de territoires.

Des guerres territoriales

De tout temps, les Hommes se sont faits la guerre pour agrandir leurs terres et maîtriser plus de ressources. Décrite comme un travers purement humain, il semblerait – néanmoins – que l’activité martiale soit également pratiquée par d’autres espèces du règne animal.

Les chimpanzés, par exemple, s’affrontent régulièrement en bandes pour établir leur suprématie sur des territoires bien précis.

En effet, selon une étude menée par des chercheurs des universités du Michigan, de Yale et de l’Arkansas, des groupes de chimpanzés du parc national de Kibale se seraient violemment affrontés de 1999 à 2008, pour étendre respectivement leurs possessions territoriales.

En faisant le lien entre le nombre de morts (21, au total) et le lieu des agressions, les chercheurs ont en effet constaté que les chimpanzés périssaient souvenant dans une zone limitrophe convoitée par une bande rivale.

Ainsi, les nouveaux terrains conquis (une des bandes avait agrandi son territoire de 22%) coïncidaient totalement avec les “champs de bataille” simiesques.

Guerres et lutte pour la survie

Semblables à la célèbre guerre des chimpanzés observée dans le parc national de Gombe Stream (en Tanzanie, de 1974 à 1978), ces conflits entre bandes rivales obéiraient à des mobiles clairement identifiables.

Effectivement, l’appropriation d’un nouveau territoire apporterait aux vainqueurs l’accès à plus de nourriture ; notamment des fruits, répartis – par la suite – parmi tous les membres de la tribu assaillante.
Ainsi, une bande régulièrement victorieuse aurait bien plus de chances de croître en nombre et en puissance, grâce à une meilleure alimentation.

Déclenchées lorsqu’un chimpanzé décide de pénétrer le territoire d’un autre clan que le sien, ces escarmouches animales ne seraient pas – pour autant – comparables à des guerres humaines.

En effet, selon les chercheurs interrogés, les conflits armés des humains résulteraient d’un ensemble hétéroclite de nombreuses causes ; autant de nuances qui n’entreraient pas en jeu, dans ces simples raids menés par des singes.

Malgré tout, l’organisation collective, montrée par des chimpanzés en lutte, rappelle inévitablement la coordination dont font montre les soldats d’une même armée.

À croire que “l’Homme ne serait qu’un singe dénaturé” ? (Jean Rostand)

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre