Histoire

Quelles sont les causes du génocide au Rwanda ?

gen

S'abonner au podcast
Véritable désastre humanitaire ayant mené à la mort de 800 000 personnes, le génocide rwandais est aussi le plus rapide de l’histoire (il s’est déroulé du 6 avril au 4 juillet 1994, soit en 100 jours). Fait notable, ce crime contre l’humanité, fruit de profonds conflits ethniques, a vu une “ethnie” majoritaire (les Hutus) massacrer une “ethnie” minoritaire (les Tutsis).

Les conséquences de la colonisation européenne
Pour comprendre le génocide commis au Rwanda en 1994, il faut en faire la généalogie.

En effet, dominé par les Allemands au début du XXe siècle, ce territoire d’Afrique a immédiatement été administré via une gestion pernicieuse des rivalités entre “ethnies” indigènes.

Ainsi, les Tutsis ont-il été présentés par les colons comme une “ethnie aristocratique” et supérieure au reste de la population (majoritairement composée de Hutus et de Twas).

Cette organisation de la société se perpétue lorsque la Belgique hérite du territoire, à la fin de la Première Guerre mondiale. Toutefois, les Belges vont encore plus loin que leurs prédécesseurs en mettant en place, en 1931, un système d’immatriculation où chaque individu est catégorisé et recensé selon son “ethnie”.

À un niveau socio-économique, les répercussions sont énormes, les Tutsis occupant des postes à responsabilités tandis que les Hutus et les Twas ont une position de subalternes, le plus souvent dans l’agriculture et l’artisanat.

Une poudrière “ethnique”
La structuration “ethnique” de la société rwandaise est en réalité le décalque de sa structuration sociale.

En effet, contrairement à la conception ethniste importée par les Européens, la société rwandaise se compose à l’origine d’une population plutôt homogène parlant la même langue et vénérant le même dieu tribal.

C’est à partir de la division du travail et des catégories sociales qui en découlent que des “ethnies” ont pu être illusoirement créées et mises en rivalité entre elles.

En conséquence, après une longue période de domination tutsie, les années 50 marquent le début de revendications révolutionnaires en provenance des Hutus, à l’occasion de la toute fraîche indépendance du Rwanda.

Ceux-ci démarrent une chasse aux Tutsis qui mène à l’exil de bon nombres d’entre eux. Ces derniers essaient toutefois de revenir sur leurs terres à plusieurs reprises, jusqu’à subir une répression sanglante qui leur est fatale. En effet, après une guerre civile débutée en 1990, l’assassinat de Juvénal Habyarimana (le président hutu en exercice) marque le début du génocide (1994).

En l’espace de 100 jours, près de 800 000 Tutsis de l’intérieur du pays trouvent une mort brutale, le plus souvent tués à la machette, au cours de ce qui demeure le génocide le plus rapide de l’histoire

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre