Culture Générale

Pourquoi briser un miroir causerait 7 ans de malheur ?

7ans

S'abonner au podcast
Malgré son ancienneté cette superstition est encore très répandue dans la population puisque 36% de la population y croit. Déjà durant l’Antiquité on pensait risquer sept ans de malheur si l’on brisait un miroir.

Avant cette époque, ces objets étaient fabriqués en pierre (plus précisément en obsidienne) ou en métal poli (or, argent, cuivre ou bronze). Les premiers miroirs datent de 6 000 ans avant J.-C. et étaient parfaitement incassables.

Les oracles Grecs, pensant que le miroir offrait le reflet de l’âme, pratiquaient la catoptromancie : ils lisaient l’avenir dans des miroirs improvisés, simples récipients en terre cuite recouverts d’une pellicule d’eau. S’ils se brisaient alors la personne était maudite.

Sous l’Empire romain, au Ier siècle, les miroirs sont toujours rares et précieux. Toujours réputés renvoyer non seulement l’image d’une personne mais également son âme, s’ils se brisaient, c’était l’âme de la personne qui était abimée.

Enfin au 16e siècle, à Venise, alors qu’étaient apparus les premiers miroirs en verre recouverts d’une couche d’étain et de mercure, des objets particulièrement coûteux, on dit que les maîtres de maison menaçaient leurs domestiques de sept ans de malheur s’ils les cassaient.

Pourquoi 7 ans ? Cette durée s’explique par les “cycles de la vie” des Romains. Ils pensaient en effet que les individus n’évoluaient pas de façon linéaire mais par étapes, palliers, justement de 7 ans. Ainsi la première étape du développement d’une personne se situait de 0 à 7 ans, puis de 7 à 14 ans, et ainsi de suite. La personnalité des gens évoluaient ainsi par tranches de 7 ans.

Ainsi le malheur qui s’abattait sur celui qui brisait un miroir courait jusqu’à la fin de son cycle, c’est à dire au maximum 7 ans.

Nicolas Roussiau, psychologue et coauteur de La Superstition aujourd’hui explique que la pensée magique, dont relève cette croyance du mirorir brisé, est activée quand la raison ne peut contenir une grande anxiété. Il écrit: “Les superstitions servent à contrôler son anxiété en ayant l’impression de maîtriser son environnement et des événements qui ne relèvent pas de la seule volonté. La pensée magique est activée quand l’anxiété dépasse la pensée rationnelle”.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre