Sciences

Pourquoi les bouteilles de vin doivent-elles être couchées ?

vi

S'abonner au podcast
Tous les professionnels vous le diront : pour une bonne conservation, les bouteilles de vin doivent être couchées. Cette position ne concerne cependant pas toutes les bouteilles et ne les empêche pas d’avoir parfois un goût de bouchon.

Empêcher l’oxydation

Cette position horizontale des bouteilles est destinée à éviter l’oxydation du vin. Si, en effet, de l’air, et donc de l’oxygène, pénètre dans la bouteille, le vin vieillit trop vite et se dégrade.

Maintenir la bouteille couchée, c’est permettre au bouchon d’être en contact avec le vin. Humide, le bouchon va conserver sa forme et bien adhérer aux parois de la bouteille, empêchant ainsi le passage de l’air.

Si, au contraire, la bouteille est verticale, le bouchon n’est plus humidifié. Il se dessèche alors et se contracte, laissant peu à peu l’air pénétrer dans la bouteille. Autrement dit, c’est l’humidification constante du bouchon par le vin qui permet à la bouteille de rester étanche.

Toutes les bouteilles ne sont pas concernées

En effet, seules les bouteilles de vin fermées par des bouchons de liège doivent être couchées. Les autres bouchons, ou les capsules, n’ont pas besoin d’être humidifiés pour garder leur forme.

De même, les vins effervescents, comme le champagne, peuvent être conservés en position verticale. Dans ce cas, les gaz produits suffiraient à humidifier le bouchon. Cependant, cet avis n’est pas partagé par maints professionnels du champagne, qui conseillent de conserver les bouteilles en position allongée.

De même, les alcools ou certains vins, comme le porto, qui ont subi un processus de vinification particulier, sont plutôt conservés en position verticale.

Même couché, le vin peut sentir le bouchon!

En effet, ce goût désagréable ne doit rien à la manière dont le vin est conservé. La responsable est une molécule, appelée communément TCA. Elle peut s’attaquer au bouchon de liège, quelle que soit la position dans laquelle la bouteille est maintenue.

La molécule s’en prend d’abord au bouchon. De là, elle peut gagner le vin qui imbibe le bouchon. C’est le bouchon, dégradé par l’action délétère de la molécule, qui finit par provoquer l’altération du vin. C’est alors qu’il prendra ce goût “bouchonné” si caractéristique.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre