Culture Générale

Les animaux peuvent-ils devenir drogués ?

dro

S'abonner au podcast
Et bien oui ! Tout comme les hommes, les animaux peuvent être dépendants à la drogue.

De l’ensemble du règne animal, le cas le plus connu est celui des chats. Ils deviennent très facilement accros à la cataire, une plante aux effets euphorisants. Cette plante aussi connue sous le nom de menthe-aux-chats ou herbe-à-chats, libère une molécule chimique qui déclenche chez les chats, quand ils jouent avec, des réactions étonnantes. Ainsi après quelques minutes ils peuvent sauter, chasser des souris imaginaires, être très excités sexuellement mais aussi avoir des hallucinations visuelles et auditives, le tout en ressentant semble-t-il un grand plaisir.

Après 15 minutes, l’effet faiblit et le chat va le plus souvent se reposer. Une heure plus tard il aura envie de recommencer.

Mais tous les chats ne réagissent pas ainsi. Entre 30 et 50 % d’entre eux y sont insensibles.

Félins toujours, les tigres, léopards et lynx, mais aussi les jaguars préfèrent eux lécher et machouiller les feuilles d’une plante qui sert à faire l’ayahuasca, une boisson à base de lianes. La substance qu’elle contient est un puissant psychotrope qui engendre hallucinations et une multiplication des sens.

Quittons les félins pour nous intéresser au cas des moutons. Ceux à cornes au Canada prennent parfois beaucoup de risque dans le but d’atteindre des lichens hallucinogènes. Tellement hallucinogènes qu’il arrive qu’ils en meurent, pris de convulsions. Ces moutons mais aussi les vaches qui consomment des variétés américaines de l’astragale ou “locoweed” développent fréquemment des troubles neurologiques, les rendant immobiles pendant de longues heures. La première constatation en a été faite en 1873 en Californie. Malgré ce, ces animaux montrent un grand intérêt pour la plante en question.

Ensuite on sait que les caribous et les élans consomment volontairement des champignons hallucinogènes, comme les amanites tue-mouches. Ces animaux, après en avoir mangé peuvent courir sans but tout en bougeant la tête. Ils s’isolent aussi, et sont plus facilement la cible des prédateurs.

Ensuite les wallabies en Australie aiment les fleurs de pavot somnifère. Ils peuvent alors tourner en rond puis tomber.

Enfin, de façon plus contestée, il semble que les dauphins aiment presser entre leurs dents des poissons-globe. Dans quel but ? Pour que ceux-ci sécrétent une neurotoxine qui donne aux dauphins des sensations euphorisantes.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre