Culture G.

Qu’est-ce que le supplice du pal ?

Abonnez-vous au podcast “Culture Générale” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Il sera question dans ce podcast de bambou. Vous le savez peut-être le bambou croit de façon extraordinaire, poussant dans certains cas d’un mètre par jour.

Cette caractéristique n’a pas manqué de faire éclore dans l’esprit humain les pires idées, comme des méthodes de torture particulièrement atroces. Parmi elles, la chaise de bambou. Il s’agissait ici dans certains pays d’Extrême-Orient, de ligoter le condamné assis sur une chaise et de placer juste dessous une jeune pousse de bambou. Compte tenu de la vitesse de sa pousse, celle-ci transperçait son corps lentement, assurant une mort particulièrement douloureuse.

Mais je souhaite vous parler ici d’une autre méthode utilisant le bambou. Son nom: le supplice du pal.

On y a eu recours en Extrême-Orient, comme pour la chaise de Bambou, mais aussi en Europe de l’Est et au Moyen-Orient. Plus précisément on sait qu’elle fut pratiquée en Mésopotamie, mais aussi dans l’Empire ottoman, en Perse, au Siam et en Europe de l’est.

De quoi s’agissait-il ? On suspendait le prisonnier juste au dessus d’une pousse de bambou assez haute et dont le bout avait été au préalable taillé en biseau. Il suffisait ensuite de lâcher le prisonnier pour que celui-ci vienne s’empaler dessus, succombant à la gravité. Dans de nombreux cas la mort n’était pas immédiate et l’agonie durait de nombreux jours.

Toutefois, il existait une autre méthode, semble-t-il plus répandue encore. Il s’agissait d’enfoncer un pieux dans le sol et d’y empaler le prisonnier par l’anus puis d’attendre. Le pieux pouvait ressortir par le thorax ou par la bouche selon l’axe de l’empalement.

L’objectif était d’effrayer le plus possible ceux qui assitaient à ce spectacle. En effet on sait par exemple qu’en Egypte au 12e siècle av. J.-C., sous Ramsès IX, on recourrait au supplice du pal pour exécuter des pilleurs de tombes royales avec pour but de dissuader les potentiels candidats au pillage.

A noter enfin que contrairement à ce qui est parfois affirmé, l’Inquisition n’a jamais prescrit le supplice du pal comme technique de torture, ni d’exécution.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre