Culture Générale

Qu’est-ce que la rumeur d’Orléans ?

orl

S'abonner au podcast
La rumeur d’Orléans est une affaire à la fois judiciaire, médiatique et politique qui se déroula, comme son nom l’indique à Orléans, en 1969. Cette rumeur a prétendu que des jeunes femmes disparaissaient dans des cabines d’essayage de magasins de lingerie tenus par des juifs, en vue de les prostituer à l’étranger.

Selon la rumeur à l’époque, ces événements auraient lieu dans la rue de Bourgogne. Les cabines d’essayage de six magasins d’habillement seraient ainsi équipées de trappes qui s’ouvriraient lorsque des clients y entreraient.

Les jeunes femmes seraient ensuite droguées et sequestrées dans des caves avant d’être transportées par bateau ou même en sous-marin (selon les versions) à destination de l’étranger pour y être prostituées.

Conséquence de cette folle rumeur, le chiffre d’affaire des magasins en question s’effondre. La police ainsi qu’une équipe de cinq chercheurs en sociologie, avec à leur tête Edgar Morin, s’intéresse à cette rumeur. Un livre paraitra peu après.

Edgar Morin et son équipe arpentent le terrain, conduisant de nombreux entretiens avec des Orléanais pour comprendre comment les habitants perçoivent cette histoire d’enlèvement. Il constate rapidement qu’aucun rapt n’a été déclaré.

Comment, dès lors, expliquer cette rumeur ? Selon Edgar Morin: « L’irruption de cette rumeur dans une ville tranquille me paraissait révélatrice des transformations profondes que subissait la société française à l’époque. Nous nous trouvions face à la résurgence dans une cité moderne de récits empruntés au Moyen Âge. »

Il se rend compte que des rumeurs similaires d’enlèvement existent dans d’autres villes : à Nantes et à Paris. Mais à Orléans l’affaire présente une spécificité: tous les commerçants visés étaient juifs. Le juif, une fois de plus dans l’histoire, jouait donc ici le rôle immémorial de bouc émissaire. Selon les mots d’Edgar Morin: “Il catalysait l’angoisse du reste de la population”.

Une angoisse selon lui qui tenait à l’inquiétude devant les bouleversements sociaux qui s’accélèrent au lendemain des événements de 68: « Cette inquiétude me semblait liée à la peur du changement. Celui qu’incarnaient, à leur manière, ces jeunes filles qui allaient dans des magasins pour acheter des minijupes ou des vêtements à la mode. Ce délire antisémite du marchand juif enlevant des jeunes filles pour alimenter un réseau secret de prostitution révélait le malaise de certaines de ces femmes, tiraillées entre l’envie de jouer les affranchies et leurs vieilles inhibitions. Leurs parents pouvaient, par ailleurs, utiliser cette rumeur en leur disant : Vous voyez, on commence par la minijupe, mais on ne sait pas où ça peut conduire… »

Si ce sujet vous interesse je vous conseille la lecture de La rumeur d’Orléans, d’Edgar Morin, paru en Poche.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre