Santé

Qu’est-ce qu’un pied bot ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Santé” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Le pied bot désigne une malformation du pied qui survient lors du développement du foetus. Cette anomalie physique décrite par Hippocrate est fréquente et aujourd’hui il est possible d’y remédier. En France, cette pathologie concerne 1 à 2 enfants toutes les 1 000 naissances. Les garçons sont plus touchés par cette malformation. Dans la moitié des cas, les deux pieds sont concernés par cette déformation congénitale. Les causes de l’apparition d’un pied bot sont pour l’instant inconnues.

Dans la moitié des cas, le pied bot est visible lors de la deuxième échographie qui est réalisée entre 22 et 24 semaines d’aménorrhée. Le gynécologue observe alors que certains muscles et tendons du pied sont contractés autour de la cheville. Pour remédier à cette anomalie, deux techniques sont actuellement utilisées peu de temps après la naissance de l’enfant, une période idéale car les pieds des bébés sont encore très malléables.

La rééducation du pied va aider à repositionner le pied correctement. Elle doit être pratiquée de manière intensive de manière à obtenir de bons résultats. Les spécialistes préconisent de 5 à 6 séances d’une heure par semaine sur une durée de trois mois. Cette technique nécessite une grande disponibilité des parents et il est primordial de faire appel à un kinésithérapeute spécialiste du pied bot car une rééducation mal faîte peut entraîner des séquelles irréversibles.

L’autre technique appelée Ponseti consiste à redresser le pied déformé à l’aide de plâtres. Le changement du plâtre est effectué de manière hebdomadaire pendant une durée de 6 semaines. Ensuite, l’enfant devra porter des attelles non-stop pendant 3 années puis uniquement la nuit jusqu’à l’âge de 5 ans environ. Cette technique développée dans les années 1950 implique de pratiquer une ténotomie, cet acte chirurgical implique de sectionner le tendon du talon d’Achille. Cette opération nécessite une anesthésie locale qui n’est pas un acte anodin pour un enfant de quelques semaines.

Malheureusement les deux techniques citées n’excluent pas une récidive lors de la croissance de l’enfant. Dans ces cas-là une chirurgie plus lourde est obligatoire et les patients se retrouvent alors avec une longue cicatrice qui part du milieu de la jambe jusqu’au pied.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre