Histoire

Qu’est-ce qu’un Hermès et l’affaire des Hermocopides ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Représentations grossières du dieu grec Hermès, les stèles hermaïques se composaient d’un buste représentant la divinité… et d’attributs masculins disposés au milieu de la stèle. Placées – notamment en guise de panneaux de signalisation – au carrefour de nombreuse villes et routes, ces colonnes ont toutefois fait l’objet d’un grand scandale politique religieux, en – 415, dans une cité athénienne alors plongée en pleine guerre du Péloponnèse.

Des stèles sacrées

Adeptes d’une mythologie très riche, les Grecs antiques avaient des pratiques et des traditions qui peuvent – aujourd’hui – nous sembler étonnantes.

L’une d’entre elles est le respect accordé aux “Hermès” (également appelées “statues hermaïques”) ; des stèles représentant le dieu du même nom sous la forme d’un buste disposé sur une colonne ornée d’un phallus.

Messager des dieux de l’Olympe, Hermès est également le patron des voyageurs et des marchands, ce qui justifiait la disposition de statues à son effigie au niveau des carrefours et des routes.
À ce titre, on en trouvait donc dans beaucoup de lieux de l’Athènes antique.

En 415 avant Jésus-Christ survint toutefois un événement qui déclencha un profond émoi au sein de la société athénienne.

Des bustes d’Hermès – ainsi que des phallus – furent découverts mutilés, quelques jours avant le départ pour l’expédition en Sicile.

Des accusés en fuite

De par leur caractère sacré (Hermès étant, alors, une divinité très respectée du panthéon athénien), les stèles hermaïques qui avaient été mutilées furent à l’origine d’un énorme scandale, dont l’une des conséquences fut la mise en place d’une enquête.

Plusieurs hypothèses sont alors évoquées pour tenter de cerner le ou les coupable(s). On pense ainsi à une manœuvre de la colonie corinthienne de Syracuse, à un complot interne (visant à saboter l’expédition en Sicile), ou encore à une tentative de renversement de la démocratie.

Pour résoudre l”affaire des Hermocopides (“kopidês” signifiant “briser” ou “mutiler”, en grec), le pouvoir athénien offre alors des primes conséquentes à toute personne qui aurait des informations sur les noms des coupables.

Un esclave finit par parler et dénonce Alcibiade (un stratège de premier plan) comme personnalité impliquée dans une parodie des mystères d’Éleusis (un rite ésotérique alors en vogue dans la Grèce antique).

Il n’en faut pas plus pour que les Athéniens n’amalgament les deux affaires et ne sonnent l’alerte dans toute la cité.

Dénoncé parmi 42 autres citoyens, Alcibiade quitte donc Athènes en catastrophe, pour se réfugier dans la cité rivale de Sparte (où il devient conseiller), tandis que les accusés n’ayant pu s’enfuir sont arrêtés par les autorités.

Néanmoins, malgré ces accusations, l’affaire reste – à ce jour – non élucidée.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre