Tech/Science

Pourquoi la puissance d’un moteur se mesure en chevaux ?

cheval vapeur

La puissance en chevaux d’un véhicule désigne par défaut la puissance maximum fournie par le moteur.

Au 18ème siècle les tâches mécaniques nécessitant la plus grande force étaient exécutées avec l’aide de chevaux. On pouvait donc quantifier la force nécessaire à tel ou tel travail en nombre de chevaux. Par exemple 2 chevaux pouvaient être nécessaires pour tirer sur une corde pour faire monter une pierre de 500 kilos sur une poulie.

Mais avec l’invention de la machine à vapeur, cette référence devint problématique. Comment répondre à la question de la puissance nécessaire pour une machine à vapeur pour effectuer la même tâche qu’un cheval ?

L’anglais James Watt fut le premier à prendre comme référence la puissance nécessaire à un cheval pour faire tourner un moulin à grain. Et il utilisa les unités de son pays : les livres pour le poids, les pieds pour la distance et les secondes. Ainsi il inventa le « horsepower » l’unité de puissance cheval. Dans les pays où le système était métrique comme en France, on utilisa aussi ce « cheval-vapeur » qui correspond à la puissance nécessaire pour soulever de 1 m une masse de 75 kg en 1 s. Un cheval-vapeur vaut un peu plus de 735 watts.

Attention car il ne faut confondre ces chevaux-vapeur qui sont une unité de mesure de la puissance mécanique réelle d’un véhicule au niveau des roues avec les chevaux-fiscaux, qui sont eux une unité de mesure du droit fiscal qui permet d’évaluer la puissance théorique d’un moteur afin de calculer une taxe fiscale apposée sur la carte-grise. Le calcul des chevaux fiscaux a évolué avec le temps. Par exemple depuis 1998 on prend en considération dans son calcul les émissions de dioxyde de carbone du véhicule.


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre