Santé

Pourquoi l’hôpital peut-il être dangereux ?

hopital

S'abonner au podcast
Une infection nosocomiale se définit comme une infection attrapée dans un établissement de santé, qu’il soit hôpital ou clinique.

Le mot « nosocomial » a pour origine le grec nosos, qui signifie maladie et de komein, soigner, qui forment le mot nosokomeion, hôpital. On considère qu’on est en présence d’une maladie nosocomiale si bien sûr la personne ne l’avait pas lors de son admission à l’hôpital et qu’elle se développe au moins 48 heures après l’admission.

Le phénomène est loin d’être anecdotique. Les études montrent que ces infections provoquent 9000 décès en France tous les ans. Les victimes sont la plupart du temps des individus âgés de plus de 50 ans ou des personnes dont le système immunitaire est faible, soit de par leur composition naturelle soit à cause d’une maladie.

Comment expliquer ce phénomène ? Gérald Bronner professeur à l’Université Paris Diderot souligne que les hôpitaux sont particulièrement chauffés et que cela favorise la prolifération microbienne qui , en présence d’innombrables visiteurs, multiplie les risques de transmission des germes.

Ce à quoi il faut ajouter l’apparition de souches très résistantes aux antibiotiques comme le staphylocoque doré,  qui serait une des causes principales de décès par infection nosocomiale.

Quant à la question de savoir qui est responsable la Cour de cassation dans un arrêt du 14 avril 2016 a rappelé que les établissements de santé sont responsables des dommages résultant d’infections nosocomiales, sauf s’ils rapportent la preuve d’une cause étrangère.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre