Histoire

Pourquoi John Hedley fut surnommé “l’homme le plus chanceux” ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Considéré comme un aviateur hors-pair, John Herbert Hedley est un pilote britannique qui a participé à la Première Guerre mondiale. Sa renommée, néanmoins, tient à sa réputation “d’homme le plus chanceux du monde”. Alors qu’il participait à un combat aérien, Hedley aurait, en effet, réussi à s’éjecter de son avion avant de le rejoindre, plus bas, en s’accrochant au fuselage.

Un pilote aérien de talent

Né en 1887, en Angleterre, John Herbert Hedley a d’abord mené une mené une vie semblable à celle de ses compatriotes.

Entré dans la British Army en 1914, il suit, en effet, un parcours classique qui le mène à faire partie de plusieurs bataillons dans lesquels il occupe successivement des postes plus ou moins prestigieux (comme “Second Lieutenant” ou encore “Capitaine des Fusiliers”).

Son domaine de prédilection reste toutefois l’aviation.
Très doué pour mitrailler, le soldat est finalement affecté dans l’armée de l’air britannique, au cours de la Première Guerre mondiale.

Considéré comme un “as de l’aviation”, il s’illustre comme un tireur coriace et redoutable.
Mieux encore, un combat aérien atypique l’amène même à être perçu comme “l’homme le plus chanceux sur Terre” (“The Luckiest Man Alive”, en version originale).

Un exploit pour entrer dans la légende

Au cours d’un combat aérien, survenu en 1918, John Herbert Hedley est, en effet, éjecté de son avion Bristol F2B Fighter alors que son pilote – Reginald “Jimmy” Makepeace – mettait le vaisseau en piqué raide.

Désespérément accroché à la vie, John H. Hedley parvint tout de même à rejoindre le vol en suivant l’avion dans sa chute et en s’agrippant au fuselage, pour finalement ramper jusqu’à son siège, sain et sauf.

Particulièrement singulier, cet exploit lui valut un surnom mais également une renommée qu’il décida d’entretenir durant l’après-guerre.

Ainsi, après avoir reçu la “Croix de Guerre” française, le militaire à la retraite décida de s’installer aux États-Unis pour faire la lecture de ses exploits (publiés sous la forme du fascicule “Rambling Through the Air”, ou “Serpenter dans les airs” en français).

Un choix de carrière aussi inspiré que le furent ses réflexes de survie.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre