Voyage

Pourquoi certains réunionnais ont un ongle plus long ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Certaines traditions peuvent perdurer même si la situation qui leur a donné naissance a disparu depuis longtemps. C’est le cas de cette habitude qu’ont certains Réunionnais de laisser pousser l’ongle de leur petit doigt. Elle est liée, au départ, à un usage domestique.

Un usage pratique

Certains Réunionnais ont conservé une habitude un peu déroutante. Ils laissent pousser l’ongle de leur auriculaire d’une manière inhabituelle. Dans certains cas, l’ongle peut être très long.

On peut se demander quelle est l’origine de cette surprenante coutume. Est-ce pour mieux jouer de la guitare? On n’oserait pas supposer que cet ongle si long permettrait de se gratter l’oreille plus commodément.

En fait, cet usage remonterait à l’époque des lampes à huile. Il aurait été introduit à La Réunion par la nombreuse communauté chinoise qui s’y installa à partir du milieu du XIXe siècle.

En Chine, en effet, cet ongle un peu long servait à récupérer la mèche de chanvre qui brûlait dans les lampes à huile.

Cette pratique se retrouve chez d’autres populations, notamment en Afrique. L’ongle plus long de l’un des doigts servait en quelque sorte de mesure; on s’en servait pour apprécier la longueur des étoffes.

Un signe de distinction sociale

Dans la Chine impériale, cette coutume des ongles longs, au petit doigt mais aussi au pouce, n’était pas seulement utilitaire.

Elle était devenue, avec le temps, un signe de distinction sociale. En effet, ces ongles, soigneusement entretenus, se signalaient parfois par une longueur démesurée. Leur fragilité aurait empêché tout travail manuel.

C’était bien le message implicite qu’il s’agissait de transmettre. Les aristocrates et la caste mandarinale, composée de hauts fonctionnaires lettrés, affichaient ainsi leur supériorité sociale.

Pour mieux mettre en évidence la relation entre la longueur de leurs ongles et la noblesse de leurs occupations intellectuelles, les notables se firent confectionner de faux ongles en argent.

Ces bijoux précieux, qui recouvraient la phalange de l’auriculaire, ont pu servir, au début, à récupérer la mèche des lampes à huile. Mais, très vite, cet accessoire devint, au même titre que la longue natte des mandarins, un véritable marqueur social.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre