Incroyable !

Les chèvres ont des accents

vis Abonnez-vous au podcast “Incroyable!” pour ne rater aucun nouvel épisode:
spotify-r. S’abonner
apple-r-1 S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Aux oreilles d’un être humain, tous les bêlements se ressemblent. Pourtant, à l’instar de nous autres homo erectus, les chèvres semblent avoir des accents différents, selon les régions où elles se trouvent. Une découverte incroyable qui rappelle que les animaux aussi ont une vie sociale.

Suivre le troupeau

Parler d’accents pour des animaux peut nous sembler – de prime abord – complètement farfelu.
Pourtant, selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Queen Mary ( à Londres) : les chèvres naines ont un bêlement distinct, suivant le troupeau dans lequel elles évoluent.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont observé quatre troupeaux de chevreaux nains, pendant plusieurs semaines.

L’éducation des plus jeunes suivait toujours le même schéma.

Dans un premier temps, les chevreaux ne quittaient par leur mère respective et reproduisaient ses sons.
En grandissant, par contre, ils rejoignaient d’autres membres du troupeau et commençaient à uniformiser leur voix sur celle des autres chèvres.

C’est ce comportement qui a permis de confirmer que chaque troupeau de chèvres avait donc un “accent” qui lui était propre et qui découlait d’une interaction sociale, bien plus que d’une simple détermination génétique.

Des accents régionaux

Bien sûr, le cri d’une chèvre est avant tout déterminé par des critères anatomiques, comme la configuration de son appareil vocal (qui a, lui-même, été programmé par des facteurs génétiques).

Malgré tout, l’étude démontre, sans appel, que les chevreaux – issus de mêmes parents, ou non – développaient des accents semblables lorsqu’ils vivaient constamment ensemble.
Il est donc clair que les chèvres s’efforcent de moduler leur cri en prenant pour modèle leur environnement social.
Ce constat est d’autant plus criant que les chèvres ont un répertoire vocal très limité, puisqu’on dénombre chez elle un petit nombre d’appels vocaux ; chaque variation locale est donc aisément identifiable.

Toutefois, les chèvres ne sont pas les seules à pouvoir développer des accents.
D’autres mammifères (comme les éléphants, les chauves-souris, les baleines et les dauphins) ont également une capacité étonnante à communiquer, en puisant – qui plus est – dans une large palette sonore.

Il est donc fort probable que les accents régionaux soient très répandus chez de nombreux animaux qui nous entourent.

Incroyable, non ?

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre