Sciences

Quel fut le premier piratage d’un réseau de télécommunication ?

piratage

S'abonner au podcast
Avant de voir comment il fut piraté, commençons par décrire ce réseau, le premier moyen de télécommunication permettant d’envoyer des messages à distance. J’en ai déjà parlé ici, son nom: les « tours de Chappe ».

Petit rappel pour commencer. Aussi appelé le « télégraphe Chappe », ce réseau fut inventé en 1793 par Claude Chappe. Il était constitué d’un réseau de sémaphores (des tours) érigé sur le territoire, séparés d’une dizaine de kms, et qui a permis pendant de nombreuses années d’envoyer par exemple un message de Paris à Toulouse en 2h30.
Chaque tour était doté d’un mât mobile, visible avec des jumelles depuis les tours d’à côté. Le mat pouvait prendre différentes positions. Chaque position correspondait à un code. Pour décoder le message chaque opérateur dans sa tour disposait d’un livre contenant la signification de chaque signe. En reproduisant le code à son tour chaque opérateur permettait la transmission à la tour voisine et ainsi de suite jusqu’à la tour destinataire. Dans chaque tour il y avait deux opérateurs qui se relayaient chaque jour à midi.

La première ligne de communication fut Paris-Lille, ouverte en 1794. En 1844, 534 tours quadrillaient le territoire français reliant sur plus de 5 000 km les plus importantes agglomérations. Mais l’année suivante en 1845, la première ligne de télégraphe électrique entre Paris et Rouen, marqua le début de la fin pour les tours de Chappe.

Maintenant que nous avons défini les tours de Chappe, venons-en à son piratage.

Il fut entrepris par deux hommes d’affaires de la région de Bordeaux, Louis et François Blanc, entre 1834 et 1836, dans le but d’être informé avant tout le monde de la clôture des cours de la rente à la Bourse de Paris sur laquelle ils spéculaient. À cette époque ce cours était transmis par voie postale et mettait 3 jours pour aller de Paris à Bordeaux. Avec le piratage des tours de Chappe, ils le connaissaient en seulement quelques heures.

Ils avaient corrompu le directeur de cette station, ainsi que son assistant dans la ville de Tours. Pourquoi à Tours ? Car dans cette ville s’effectuait la correction des dépêches transmises par ce système de communication. Il était donc facile d’y insérer un message complémentaire.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre