Culture G.

Pourquoi dit-on “être en rade” et “mi-figue mi-raisin” ?

Abonnez-vous au podcast “Culture Générale” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
On commence avec la première formule: « Être en rade ». Vous le savez elle signifie être mis à l’écart, abandonné.

Cette expression bien française date du début du XXème siècle, donc elle est assez récente comparée à celles que nous avons l’habitude d’examiner, mais sa vraie origine est bien plus ancienne !

Elle puise sa source dans le milieu de la marine dès le XIVe siècle. A cette époque déjà, la « rade » est le terme utilisé pour désigner une étendue d’eau servant d’abri aux navires en attendant le plus souvent que le mauvais temps ne passe. Un navire placé en rade est donc bien protégé car mis à l’écart du port et de l’activité marine. Il est à l’arrêt.

Ainsi tout naturellement l’expression prit le sens figuré de mettre à l’écart ou d’abandonner.

Et comme un bateau en rade peut apparaitre abandonné, car immobilisé à cause d’un problème technique, il semble ne plus pouvoir être utilisé, d’où l’utilisation de l’expression « être en rade » pour une chose en panne.

Seconde expression du jour: “mi-figue mi-raisin”. Là encore je nous apprends rien en vous disant qu’on l’utilise quand quelqu’un exprime un avis mitigé sur un sujet, une question. Si tel avis est «mi-figue, mi-raisin», cela signifie qu’il n’exprime aucune opinion tranchée, qu’il est notamment aussi bon que mauvais.

Cette expression date du Moyen Age, et s’explique par la popularité des deux aliments cités. A l’époque médiévale, ces fruits secs étaient surtout consommés par les chrétiens lors du Carême.

Cependant ils n’avaient pas le même statut. Le raisin était considéré comme un mets raffiné. Alors que la figue était beaucoup plus courante et moins chère. De plus on comparait souvent sa forme à celle d’un excrément d’animal. On dit même que des commerçants ajoutaient parfois des morceaux de figues, car lourds et ne valant presque rien, dans les paniers de raisins secs pour tromper leurs clients.

Puisque tout opposait ces deux fruits, on s’est mis à dire d’une situation ou d’un comportement ambigu qu’il était «moitié-figue, moitié-raisin», puis à partir du 18e siècle “mi-figue mi-raisin” .

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre