Histoire

Pourquoi Mirabeau a été retiré du Panthéon ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Première personnalité à entrer au Panthéon, le 4 avril 1791, Honoré Riquetti comte de Mirabeau est également la première à en sortir, trois ans plus tard. La cause de ce revirement ? Une correspondance cachée avec Louis XVI, le roi déchu.

La fougue révolutionnaire

Aux honneurs succède parfois le déshonneur. C’est ce qui est arrivé à la mémoire d’Honoré Riquetti, comte de Mirabeau ; bien plus couramment appelé “Mirabeau”.

Né en 1749, cet homme de noble extraction était réputé pour sa laideur repoussante… mais aussi pour son incroyable faconde qui lui permettait de facilement captiver les foules.

Comme beaucoup de ses contemporains, sa destinée bascule avec la Révolution française de 1789.
Pleinement engagé dans le processus insurrectionnel, l’homme est élu député du tiers état et fonde l’Assemblée Nationale.

Mais c’est surtout par une réplique cinglante que le révolutionnaire entre dans les mémoires.

Face à un roi qui ordonne à l’assemblée de se disperser, Mirabeau rétorque en effet : “la Nation assemblée n’a d’ordre à recevoir de personne. Nous ne sortirons d’ici que par la force des baïonnettes”. 

Un double-jeu fatal

À sa mort, le 2 avril 1791, Mirabeau est donc perçu comme une icône révolutionnaire. Un statut qui fait logiquement de lui le premier homme à entrer au Panthéon, le 4 avril de la même année.

Toutefois, un nouveau revirement survient un an plus tard. Interrogé par les révolutionnaires, Gamain – le serrurier royal – révèle, en effet, l’accès à “l’armoire de fer” de Louis XVI.

Dès lors, la Convention se trouve en possession de documents confidentiels. Surprise ! Dans ceux-ci est située la preuve d’une correspondance cachée, entre le roi et l’ancien député.

On y apprend notamment que, partisan d’une monarchie à l’anglaise, Mirabeau conseillait Louis XVI ; contre monnaie sonnante et trébuchante.

Se sentant trahis, les révolutionnaires n’hésiteront donc pas à sortir la dépouille de l’ancienne idole (le 21 septembre 1794), pour y faire entrer celle de Jean-Paul Marat.

Toutefois, le séjour du député montagnard sera d’une encore plus courte durée ; puisqu’il sortira à son tour du Panthéon, le 8 février 1795.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre