Histoire

Pourquoi le port du béret fut interdit en France ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Bien qu’étant porté par les citoyens de nombreux pays, le béret est souvent associé à la France. En tout cas, les occupants nazis étaient plutôt de cet avis. C’est même cette association d’idées qui les poussa… à interdire le béret, pour effacer tout symbole français dans l’espace public de certaines zones de la France occupée.

Plus qu’un symbole…

Un béret et une baguette de pain sous le bras : la caricature du Français est (presque) connue de tous.

S’ils ne sont pas allés jusqu’à interdire la baguette, les Allemands ont toutefois tenu à restreindre l’usage du béret en Alsace-Moselle, pendant l’Occupation.

En effet, dans ce territoire qu’ils considéraient comme étant déjà germanique (ethniquement parlant), les Nazis souhaitaient évacuer tout symbole français.

De ce fait, dès le 16 mai 1941, les autorités allemandes prirent la décision d’interdire le port du béret (sous peine de lourdes sanctions).

…Une mise au pas

Les occupants nazis ne se contentèrent pas de dire que le béret “obscurcissait le cerveau” de ceux qui le portaient, pour mener à bien leur politique de germanisation à marche forcée.

En effet, dans le but d’embrigader la jeunesse alsaco-mosellane, le Reich mit en place le service du travail obligatoire (STO) ; dès le 8 mai 1941.

Ainsi, les jeunes hommes et les jeunes femmes âgés de 17 à 25 ans se voyaient confier des missions diverses. Pour les jeunes hommes, le service prenait la forme d’une préparation militaire intensive ; pour les demoiselles, il s’agissait d’un emploi d’auxiliaire occupé chez des particuliers ou au sein de l’administration locale.

Les Alsaciennes et Mosellanes, justement, étaient loin d’être délaissées par le régime nazi. À l’instar, des Allemandes, elles pouvaient en effet rejoindre le BDM ; “Bund Deutscher Mädel” (la “Ligue des jeunes filles allemandes”) ; créé le 19 avril 1942.

Pendant féminin des “Jeunesses hitlériennes” cette organisation servait en fait à organiser des activités sportives et d’éveil pour des jeunes filles âgées de 10 à 18 ans.

Regroupées dans des camps de loisirs, celles-ci se livraient donc à des séances de gymnastique, des promenades en forêt, ou encore au chant d’hymnes populaires.

Le but de toutes ces dispositions était évidemment le même : radicalement défranciser les territoires fraîchement annexés, puis embrigader les locaux pour en faire de parfaits citoyens du Reich.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre