Tech

Pourquoi la plateforme de streaming Quibi est un échec ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Tech” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Il y a maintenant 2 ans naissait Quibi. Dès le début, les médias du monde entier ont été sceptiques, parce que Quibi, c’était une toute nouvelle plateforme de streaming de contenu vidés, et évidemment la tout première remarque aura été «Quoi ? Encore Une ?», après Netflix, TikTok, Instagram, PrimeVideo, Youtube, Disney Plus, Quibi est officiellement rendue disponible aux États-Unis le 6 avril 2020.

La force de Quibi, si elle n’est pas dans la stratégie, est davantage dans les chiffres. En effet, elle a réussi à lever dans un enthousiasme généralisé presque 2 milliards de dollars auprès de poids lourds de l’industrie du divertissement dont NBC, Sony Pictures et Walt Disney, rien que ça ! L’autre force, c’était le carnet d’adresses visiblement bien rempli de son fondateur, Jeffrey Katzenberg. Lors de la sortie de l’application, Quibi a réussi à réunir une pléiade de célébrités américaines dont les créations originales allaient être distribuées sur la plateforme. Chance The Rapper, James Corden, Tom Cruise Steph Curry, Lebron James, Zac Efron… la liste est énorme.

Au niveau des formats à proprement parler, Quibi ce sont des vidéos d’une dizaine de minutes maximum à regarder au choix en format horizontal ou vertical. Une sorte de TikTok au budget monstrueux, et avec toutes tes stars préférées.

Malheureusement, et on l’a dit dans l’introduction de l’épisode, le marché était déjà surchargé, et l’accès aux contenus était possible pour un tarif de 5$ par mois, autant dire que peu de consommateurs ont été convaincus par l’offre qui n’a même pas eu le temps d’arriver en France. L’application était pour le moment uniquement disponible aux États-Unis et au Canada, et rassemblait un peu moins d’un millions d’utilisateurs actifs.

Jeffrey Katzenberg, le fondateur de l’entreprise, a mis la faute sur le COVID-19 sans remettre en question à la fois son business model et sa stratégie sur un segment complètement saturé. Alors que l’application devait être 100% mobile, il y a eu un bref changement de stratégie dans une volonté de gagner un peu plus de temps de visionnage auprès des utilisateurs actifs. Les développeurs ont ajouté une option qui permet de diffuser le contenu vers notre téléviseur via chromecast par exemple, afin de tenter de rentrer en concurrence avec Netflix sur certains formats. Avec un calendrier de production qui est totalement arrêté depuis le début de la pandémie, et dans l’impossibilité de débuter de nouveaux tournages, l’avenir s’annonce sombre pour la startup.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre