Économie

Pourquoi Adam Smith est-il célèbre ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Économie” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.

Mondialement connu pour son théorème de « la main invisible », l’Écossais Adam Smith est
considéré comme l’un des pères de la science économique moderne. À la fois philosophe et économiste, ce penseur a, par ailleurs, publié un livre à l’origine d’un des courants économico-philosophiques les plus influents du monde moderne : celui du libéralisme classique.

Né en 1723, à Kirkcaldy, dans une famille écossaise plutôt aisée, Adam Smith étudie la
philosophie à l’université de Glasgow, avant d’y devenir enseignant (il occupe la chaire de
logique et de philosophie morale), puis recteur vers la fin de sa vie.

Fortement influencé par le philosophe empiriste et libéral David Hume, Smith synthétise de
nombreux principes économiques pour en faire un système cohérent et particulièrement
fonctionnel aux yeux de ses confrères de l’époque.

Ainsi, Adam Smith est-il considéré comme le « père de l’économie », ses théories étant encore
étudiées au cours des cursus d’économie actuels.

Avec son célèbre ouvrage « Recherches sur la nature et les causes de la richesse des
nations » (publié en 1776) ; Adam Smith pose les bases de la pensée économique libérale.
Au travers de nombreux exemples abordés par l’auteur (par exemple, « la fabrique
d’épingles ») se dégage une pensée cohérente, dont plusieurs théories sont encore
mondialement connues.

La plus connue d’entre elles est, sans aucun doute, « la main invisible » ; une allégorie censée
illustrer un processus d’auto-régulation économique. Selon Smith, l’interaction des intérêts personnels de chaque acteur économique contribue, en effet, au bien commun (cette harmonie des intérêts étant garantie comme si une « main invisible » veillait à mettre en relation chacun des intervenants du marché).

Pensant les rapports économiques sous la forme d’un marché où se rencontrent « l’offre » et la
« demande », Adam Smith détache également trois grandes causes à la croissance
économique, augmentant la « richesses des nations ».

En premier lieu : la division du travail permet de répartir les tâches et de spécialiser les
travailleurs, ce qui, in fine, optimise l’efficacité de l’appareil de production et donc la
productivité de biens et de services.

Deuxième point : l’accumulation du capital favorise l’investissement, lequel peut se
matérialiser par l’acquisition de machines, l’embauche de nouveaux salariés et, plus largement,
par l’amélioration de l’appareil de production.

Enfin, la taille d’un marché conditionne grandement l’accumulation de richesses, puisqu’un
grand marché permet de nombreux débouchés, lesquels sont autant de sources de profit
éventuels.

Même si elles sont, par la suite, été vivement contredites par des penseurs socialistes et
keynésiens, ces théories d’Adam Smith restent encore des références pour quiconque souhaite
se familiariser avec les sciences économiques.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre