Culture Générale

Pourquoi dit-on “une réponse de Normand” et “avoir de la veine” ?

nor

S'abonner au podcast

Une réponse de Normand est une réponse ambigüe. Evasive, elle ne peut venir que de personnes rusées. Et c’est bien ce qui explique cette formule. En effet l’expression viendrait d’une ancienne loi; mais pas n’importe laquelle, une loi normande qui permettait à une personne qui avait passé un accord sur un marché et même qui l’avait signé, de faire machine arrière, de changer d’avis dans les 24 heures qui suivaient.

Ainsi la parole d’un Normand n’était pas vraiment fiable.

On ne peut dire si c’est la loi qui s’est adapté au caractère préexistant des Normands ou bien si c’est elle qui a bâti leur réputation mensongère. Quoi qu’il en soit, réputation il y eut. Le Normand est ainsi rapidement devenu synonyme de “rusé”. On en trouve la trace dans de nombreux ouvrages d’auteurs célèbres comme La Fontaine ou Madame de Sévigné. A tel point que d’autres expressions ont vu le jour. Parmi elles, une “réconciliation normande”, c’est à dire simulée ou bien “Garde-toi d’un Gascon ou Normand, l’un hâble, l’autre ment (qui se passe de commentaire);

Passons à la seconde expression, « avoir de la veine » qui signifie vous le savez « être chanceux ».

On trouve cette formule pour la première fois au 16ème siècle dans le domaine non pas médical (comme on pourrait s’y attendre) mais en géologie. Dans le domaine minier pour être plus précis.

Quand des chercheurs de pierres précieuses ou de métaux tombaient jadis sur un filon, c’est à dire un gisement étendu de matière parfaitement identifiée, ils disaient qu’ils avaient trouvé une bonne «veine». Pourquoi ? Tout simplement parce que dans un filon, la matière recherchée a une forme allongée. La métaphore parait donc naturelle. Les métaux se trouvant dans la pierre dans des zones fines et étirées, leur forme rappelle clairement celle des veines du corps humain.

Le travail minier n’étant pas une science exacte, surtout la prospection, il fallait un peu de chance pour tomber sur un filon, c’est à dire une “veine”. Un chercheur de métal pouvait même faire fortune grâce à sa découverte.

Dès la seconde moitié du 19e siècle la formule « avoir de la veine » se popularisa. On vit ensuite apparaitre le terme qui en est dérivé “veinard”.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre