Culture Générale

Pourquoi dit-on “jus de chaussettes” ?

chau

S'abonner à la chaine Culture Générale sur iTunes
On utilise l’expression “jus de chaussette” pour qualifier l’aspect visuel très clair, mais aussi le goût trop léger voire mauvais du café.

Cette formule est apparue pendant la guerre franco-allemande de 1870. Les soldats avaient une technique bien particulière pour, entre les combats, sans cafetière, réussir à se faire du café. Ils devaient se débrouiller avec les moyens du bord et commençaient par verser les grains de café dans une bassine en fer ou une écuelle, avant de les écraser comme ils le pouvaient, souvent avec la crosse de leur fusil.

Ensuite ils versaient de l’eau bouillante sur la poudre obtenue. Après quelques minutes il fallait filtrer le tout. Certains utilisaient une chaussette. Malheureusement, même s’ils devaient s’en satisfaire, le résultat obtenu n’était guère fameux. D’où le caractère péjoratif de l’expression.

A propos de café il existait par le passé une autre expression, “prendre son café”. Au 19ème siècle cela signifiait “prendre son plaisir”. Elle est à rapprocher de l’expression le “café du pauvre” qui signifie l’acte sexuel. Elle s’explique assez simplement. Pendant longtemps le café fut une denrée rare et chère. Aussi seuls les plus aisés pouvaient s’en offrir à la fin des repas. Ceux qui ne le pouvaient pas n’avaient qu’à se rabattre sur les plaisirs de la chair qui sont eux, normalement gratuits.

Toujours à propos de cette boisson, savez-vous que le café le plus cher du monde est le café dit Luwak du nom de l’animal qui le produit, la civette asiatique ou luwak, qui ressemble un peu à un chat. Il se vend suivant le cours entre 200 à 400 euros le kilo.

La raison de ce prix est simple. Pour le produire il faut récupérer les grains de café directement dans les selles de l’animal. Après un jour et demi passé dans leur tube digestif, les grains de café sont rejetés en grappes dans les excréments, encore couverts d’une partie de leur enveloppe. La civette a digéré la pulpe mais laisse les grains de café intacts. Elle les a en quelque sorte adoucis par fermentation naturelle. On les fait ensuite sécher et on les torréfie. Ce café est profuit majoritairement en Indonésie.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre