Histoire

Pourquoi dit-on jouer à “Colin Maillard” ?

colin

S'abonner au podcast
Petit jeu souvent apprécié des enfants, “Colin-Maillard” tire son origine d’une histoire dont on ne distingue pas réellement la véracité de la légende. Toutefois, cette distraction que tout le monde connaît n’a pas toujours été aussi innocente et enfantine.

Avant d’être le nom d’un jeu dans lequel un individu (souvent un enfant) doit courir les yeux fermés et attraper des camarades prenant la fuite, “Colin-Maillard” a été le surnom donné à un guerrier du Pays de Liège : Jean Colin.

L’histoire de cet homme est rapportée dans La Geste de Liège qui date du XIVe siècle. Celle-ci relate le parcours d’un homme, décrit comme un géant, vivant dans la région liégeoise au Xe siècle.

Maçon de son état, Jean Colin voit son destin basculer lorsqu’il découvre l’arrivée des armées du comte Lambert Ier de Louvain, lequel entend conquérir le territoire liégeois.
Jean Colin décide donc de défendre son territoire en rejoignant les Hutois, alors commandés par Notger le prince-évêque de Liège. Dépourvu d’armes de combat, Jean Colin se rend sur le champ de bataille muni d’un simple marteau. Dès cet instant, il devient “Colin-Maillard”, autrement dit : “celui qui porte le maillet”.

Aussi brave qu’habile, il dévaste tout sur son passage et s’illustre parmi les plus vaillants combattants liégeois. Malheureusement pour lui, à l’occasion d’une bataille menée à Florennes en 1015, Jean Colin reçoit une flèche dans chaque œil et doit poursuivre le combat à l’aveuglette.

Les yeux bandés, sanguinolent, “Colin-Maillard” essaie désespérément d’atteindre ses adversaires qui le blessent de toutes parts. Exsangue, il finit par succomber à ses blessures, non sans laisser son nom à ce qui allait finir par désigner une pratique bien plus ludique.

La version la plus connue du jeu de colin-maillard est sans conteste celle ou un enfant doit en poursuivre d’autres à l’aveuglette. Toutefois, ce n’est pas ce divertissement enfantin qui a popularisé l’expression.

En effet, bien que déjà répandu du temps de l’Antiquité, ce passe-temps ludique n’a pris le nom de “Colin-Maillard” qu’au cours du XVIe siècle.

En ce temps-là, nobles et aristocrates se distrayaient au cours de fêtes galantes en se poursuivant les yeux bandés. De telles scènes ont été immortalisées par des peintures et des illustrations, telles que la miniature du Petit Livre d’amour de Pierre Sala.

Bien loin d’être une activité anodine, colin-maillard était donc un jeu érotique à l’aspect bon enfant, à la manière de l’escarpolette. Bien plus licencieuse, une version du jeu consistait toutefois à reconnaître ses camarades en s’asseyant sur eux : il s’agissait du “colin-maillard assis”.

Les siècles passant, seul le colin-maillard des cours d’école a subsisté, donnant à cette distraction un aspect bien plus candide qu’à l’origine.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre