Santé

Les bébés ont-ils un accent ?

accent

S'abonner au podcast
Les pleurs des bébés nous paraissent similaires quelle que soit leur nationalité et pourtant une étude allemande vient de révéler que la sonorité des sanglots d’un enfant dépend de l’origine ethnique de la mère. Cette particularité est acquise dès le dernier trimestre de la vie in utéro du fœtus. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le journal Current Biology.

Une équipe de scientifiques de l’Université de Würzburg a étudié les pleurs de nombreux bébés et leur conclusion est très surprenante, les bambins pleurent en reproduisant les inflexions de la langue maternelle. Ainsi, les pleurs d’un enfant américain ne sont pas identiques à ceux d’un bébé conçu par une femme japonaise. Les différences sont minimes et il est impératif d’avoir une ouïe particulièrement développée pour saisir les nuances.

Durant la grossesse, le fœtus est capable d’entendre distinctement la voix de sa mère et lors des trois derniers mois de gestation, il est capable d’apprendre les variations de l’intonation spécifique à chaque langue. Les paroles du père sont nettement moins perceptibles car le son extérieur doit traverser la paroi abdominale et le liquide amniotique. Aussi à la naissance, le bébé va adopter l’accent de sa mère. Les pleurs d’un enfant d’Afrique ou d’Asie seront ainsi plus chantants car sur ces continents, le sens des mots change en fonction de l’inflexion de la voix.

En 2009, les chercheurs impliqués dans cette étude avaient déjà comparé les sanglots de bébés français et allemands. Pour établir une comparaison fiable, les résultats s’étaient appuyés sur un panel de 30 enfants de chaque nationalité. L’analyse des sonorités avait mis en évidence que le pleur des bébés français avait une intonation ascendance alors que dans le cas des bébés allemands, le son allait plutôt des sons aigus aux plus graves.

L’étude allemande a montré que dès les premiers mois, le bébé essaye d’établir une communication verbale en adoptant des sons proches de celui émis par sa mère. Ce dialogue est possible grâce à la faculté d’acquérir des connaissances dès la phase in utéro de l’embryon. Ces résultats sont primordiaux pour mieux comprendre la relation spécifique entre une mère et son enfant dès les premiers instants de la vie.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre