Voyage

Qu’est-ce que le pont des seins à Venise ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.

Pour être les plus célèbres, le Rialto et le pont des Soupirs ne sont pas les seuls ponts de Venise. Parmi les 450 ouvrages qui enjambent les canaux de la cité des doges, il en est un au nom singulier. Le pont des Seins, ou pont des Tétons, évoque un épisode un peu libertin de l’histoire de la ville.

Un quartier à part

Le pont des Seins a été édifié au XVIe siècle. Il s’élève dans le secteur de San Polo, le plus exigu des quartiers du centre historique de Venise. De nos jours, c’est un endroit très apprécié par les touristes, qui admirent ses églises et ses somptueux palais.

Autrefois, les passants qui le fréquentaient avaient d’autres centres d’intérêt. C’était en effet le quartier de la prostitution, où de nombreux lupanars accueillaient les amateurs.

Les “carampane”, les prostituées vénitiennes, y avaient pignon sur rue. Depuis le XVe siècle, elles restaient confinées dans ce quartier. Sauf le samedi où, un foulard jaune autour du cou, elles pouvaient se rendre au centre ville pour aguicher leurs clients.

La mission des prostituées

Le pont des Seins se trouvait juste au-dessous d’une de ces maisons closes qui faisaient la singularité du quartier. Et leurs pensionnaires avaient coutume de se mettre à la fenêtre en exhibant leurs seins.

Toutes leurs consœurs en faisaient d’ailleurs autant. Et ce sont les autorités mêmes de la ville qui les incitaient à se dévêtir ainsi. Non pour encourager leur activité, mais pour lutter contre une habitude qui, aux yeux des édiles vénitiens, pervertissait les mœurs de leurs concitoyens.

Nombre de Vénitiens auraient en effet succombé à ce qu’au-delà des monts, on nommait volontiers le “vice italien”. C’est donc pour détourner les hommes des pratiques homosexuelles, jugées “contre nature” par les autorités de la Sérénissime, que les prostituées étaient invitées à montrer leurs seins nus aux passants.

Cette curieuse tradition dura l’espace d’un siècle, puis fut supprimée. Sans doute avait-on jugé, en haut lieu, que le danger était écarté et que les Vénitiens étaient revenus à des habitudes jugées plus conformes à la nature humaine.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre