Histoire

Qu’est-ce que la conjuration des Pazzi ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Évènement marquant de l’Europe de la Renaissance, la conjuration des Pazzi est un complot fomenté, en 1478, par une éminente famille florentine – les Pazzi – contre les non moins célèbres Médicis.
Cette manœuvre se solda par un échec, ce qui mena à l’exécution de ses commanditaires.

Un sérieux antagonisme

Famille noble de la cité de Florence, la maison des Pazzi est issue d’une lignée extrêmement prestigieuse qui lui confère une certaine réputation, dans la péninsule italienne du XVe siècle.
Pour cause, l’un des aïeuls de la lignée- Pazzino de Pazzi – était un chevalier de renom s’étant illustré lors de la première croisade, en étant le premier croisé à entrer dans Jérusalem.

Durant la Renaissance italienne, la famille Pazzi est donc l’une des maisons les plus anciennes et influentes de Florence ; une cité où elle représente encore l’image d’une vieille aristocratie locale impliquée dans la politique des républiques italiennes.

Face à eux, néanmoins, se trouve une famille de roturiers et de “nouveaux riches” dont l’Histoire retiendra le parcours : celle des Médicis.
Très ambitieux, ces derniers aspirent à dominer la vie politique de la cité et mettent, ainsi, en péril les libertés fondamentales de la République, aux yeux de leurs adversaires aristocrates.

Malgré l’existence d’une union maritale liant les deux clans (Bianca de Médicis ayant épousé Guglielmo de Pazzi), une confrontation directe semble inéluctable.

Ainsi, avec l’appui du pape Sixte IV (qui souhaiterait voir son neveu, Girolamo Riario, à la tête de la cité), les Pazzi fomentent un complot visant à évincer les Médicis de leur position dominante.

Une guerre sans merci

Julien et Laurent de Médicis sont les deux figures principales visées par des éliminations ciblées.

Les deux hommes sont attaqués par Francesco de Pazzi, le 26 avril 1478, alors qu’ils se trouvent dans la cathédrale de Florence, durant la messe de Pâques.

Julien, le plus jeune des deux frères, succombe aux 19 coups de couteaux qu’il reçoit, mais Laurent, néanmoins, parvient à se remettre de cette attaque et à réchapper à cette embuscade (bien qu’étant gravement blessé à la gorge).

Finalement, les conjurateurs sont démasqués et punis par la justice florentine. Ainsi, l’archevêque de Pise est-il immédiatement pendu, tandis que Jacopo, Renato et Francesco de Pazzi sont froidement exécutés (au même titre qu’une soixantaine d’autres personnes, dans les 15 jours ayant suivi le dévoilement du complot).

Néanmoins, le pape Sixte IV n’abandonne pas ses ambitions et – pour venger le meurtre de l’archevêque – jette l’interdit sur Florence, tout en lui déclarant la guerre, avec l’aide de Naples et de Venise.

Au terme de deux ans de conflits acharnés, la famille des Médicis ressort toutefois grandie de cette lutte de pouvoir, au point que la postérité accolera, à Laurent, l’épithète “Le Magnifique”.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre