Voyage

Pourquoi la ville de Kampot est-elle célèbre ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Voyage” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Située sur le golfe de Thaïlande, au Cambodge, la ville de Kampot, au passé colonial préservé, est renommée pour son poivre. Abandonnée sous le régime des Khmers Rouges, cette culture traditionnelle a retrouvé, sous l’égide de l’Union européenne, toute sa dynamique et obéit à des contraintes précises.

Une culture à la longue histoire

Originaire de l’Inde, le poivre fut introduit au Cambodge par les Chinois dès le XIIIe siècle. Mais sa culture se développe surtout à la fin du XIXe siècle.

Le poivre cambodgien profite d’une certaine pénurie, due à la baisse de la production de poivre indonésien, qui dominait le marché. Par ailleurs, la France, qui a étendu son protectorat sur le Cambodge, encourage cette culture.

À partir de 1970, les Khmers Rouges, qui viennent de prendre le pouvoir, interdisent la culture du poivre. Ils veulent la remplacer par celle du riz. Il faudra attendre les années 2000 pour voir à nouveau des plantations de poivre à Kampot, qui en devient la capitale.

Une culture artisanale

Autour de Kampot, on ne cultive pas le poivre de manière intensive. La culture se fait de façon traditionnelle et respecte les impératifs de l’agriculture biologique.

Ces exigences ont permis à cette culture de bénéficier, grâce à l’aide française, d’une Indication géographique protégée (IGP). Cette appellation, délivrée par l’Union européenne, garantit la qualité spécifique du poivre de Kampot.

Pour avoir droit à ce label, la culture doit se faire dans certaines conditions, vérifiées par une association spécifique. C’est ainsi que seuls les pesticides et engrais naturels sont tolérés. De même, le poivre doit être récolté à la main et séché au soleil.

Autour de Kampot, les plantations de poivriers, assez récentes, occupent une partie de l’espace agricole. Les lianes s’enroulent autour d’un tuteur de bois. Ces façons culturales traditionnelles expliquent la qualité particulière du poivre de Kampot.

Une architecture coloniale

Kampot doit aussi sa célébrité à ses constructions, dont beaucoup datent de la domination française.

Elle est une des rares villes du Cambodge à avoir conservé des traces de son passé colonial. Si certaines maisons sont un peu décrépites, d’autres bâtiments ont été rénovés.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre