Histoire

Les druides ont-ils vraiment existé ?

hist Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Histoire” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Popularisée par le personnage fictif de Panoramix, la figure du druide était centrale dans le monde celtique de l’Antiquité.

Véritable élite intellectuelle de la société gauloise, les druides étaient à la fois des prêtres, des historiens, des juristes et des philosophes qui dispensaient un savoir à la fois profond et fragile, car exclusivement transmis par la voie orale.

L’élite intellectuelle du monde celte

Bien que fragmenté et très divers, le monde celtique – et plus particulièrement gaulois – avait une structure hiérarchique très précise qui respectait l’organisation tripartite (un concept forgé par l’anthropologue français Georges Dumézil, pour décrire les sociétés indo-européennes traditionnelles).

Ainsi, aux côtés des guerriers (censés garantir la sécurité face aux menaces extérieures) et les paysans (qui assuraient la subsistance matérielle de leur société), les druides faisaient office d’élite intellectuelle, dont les champs d’application touchaient aussi bien le domaine religieux, juridique, philosophique ou encore médical.

Par ailleurs, en plus du savoir ancestral qu’ils conservaient jalousement, les druides assuraient également la cohésion entre les différentes tribus gauloises, grâce aux réunions annuelles qu’ils organisaient au centre de la Gaule (non loin de l’actuelle ville de Chartres).

Ces conseils druidiques faisaient alors office de véritables congrès diplomatiques.

Pour mener à bien toutes ces missions prestigieuses, vingt ans de formation étaient nécessaires aux jeunes apprentis. C’est en tout cas ce que rapporte Jules César dans son ouvrage “Bellum Gallicum” (plus connu sous le titre français “La Guerre des Gaules”), rédigé au Ier siècle avant Jésus-Christ.

Un savoir fragile

Pourchassés par Rome, qui voyaient en eux le ferment éventuel de révoltes futures, les druides continentaux commencèrent à disparaître – pour le plus grand malheur des Gaulois – avec l’avènement de la culture gallo-romaine.

La fin du druidisme gaulois sonna – par là-même – le glas d’un savoir ancestral, transmis exclusivement de manière orale (contrairement aux prêtres irlandais qui eurent l’idée d’inventer l’alphabet oghamique pour consigner leurs écrits).

Cette lacune mena à la perte de la langue gauloise ainsi qu’à celle d’une grande partie de la culture qu’elle véhiculait.

Par conséquent, de la vaste tradition druidique il ne reste quasiment plus grand chose, mis à part quelques éléments folkloriques (la fameuse cueillette du gui) et un nom : Diviciacos ; le seul druide à être resté dans l’Histoire, pour l’admiration qu’il suscitait chez le philosophe romain Cicéron.

1 commentaire

1 commentaire

  1. barnabé

    22 janvier 2020 at 13 h 41 min

    Les druides ont survécu longtemps après l’invasion romaine en France’ au moins jusqu’au 17em siècle. C’est ce que rapportent les historiens, donc le vieux savoir druidique est bien parvenu jusqu’à notre époque. Les écrits irlandais relatent des histoires plus particulièrement des peuples celtes qui se sont enfuis en écosse puis en Irlande. pas du tout les sciences gauloises continentales. Malgré ce qu’en disent les judéo-chrétiens, le druidisme à toujours existé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre