Culture Générale

Pourquoi dit-on « pendre la crémaillère » et « un chèque en bois » ?

crem

S'abonner au podcast
On commence ce podcast consacré à deux expressions populaires par “pendre la crémaillère”. Cela consiste à inviter des amis quand on s’installe dans un nouvelle maison ou un nouvel appartement. La pendaison célèbre donc un emménagement.

Cette coutume vient du Moyen Âge. Plus précisément d’un objet qui n’existe plus aujourd’hui. Je vous exlique.

Quand la construction d’une maison était terminée, la coutume voulait que l’on invite à manger toutes les personnes ayant participé aux travaux. Lors de ce repas, pour faire cuire ou réchauffer les aliments, on utilisait un objet appelé « crémaillère ». Il s’agissait d’une sorte de tige de métal crantée. Ces crans permettaient de positionner la marmite au dessus du feu à différentes hauteurs. Ainsi placée dans la cheminée on pouvait facilement maitriser la cuisson.

Puisqu’on utilisait cet objet simplement après avoir terminé la construction, on le plaçait ou le ”pendait” bien dans la cheminée en dernier. Une fois “pendue” il autorisait l’installation et symbolisait l’activité du foyer.

De nos jours l’objet en question a disparu mais l’expression est quant à elle bien restée dans le langage.

Passons maintenant au « chèque en bois », c’est à dire un chèque sans provisions. Il ne permet pas de payer quoi que ce soit puisqu’il signifie qu’il n’y a pas assez d’argent sur le compte bancaire auquel il correspond.

Que peut-on en dire ? La formule « de bois » est née au 13ème siècle. Pour comprendre son sens il faut souligner qu’à cette époque le bois était très abondant. Donc sa valeur est faible. Le prix des objets en bois est bas. On utilisait le bois pour, notammnent, fabriquer des imitations d’objets, comme les jambes de bois. Ce caractère d’absence de valeur et de fausseté se retrouve précisément dans l’expression qui nous occupe.

Progressivement « de bois » est devenu « en bois ». Et le chèque « en bois » prend tout son sens. Il s’agit en effet bien d’un faux moyen de paiement. Il en a l’apparence sans permettre le transfert effectif de l’argent.

A noter qu’on retrouve le bois dans l’expression « langue de bois » qui exprime aussi la fausseté, cette fois dans le discours.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre