Économie

Comment le capitalisme a-t-il été façonné par les entrepreneurs ?

Abonnez-vous au podcast “Choses à Savoir Économie” pour ne rater aucun nouvel épisode:
apple-r-1 S’abonner
spotify-r. S’abonner
castbox-r S’abonner
deezer-r S’abonner
google-r S’abonner
rss-r S’abonner

.
Système politico-économique reposant sur la propriété privée et l’accumulation financière, le capitalisme a littéralement fleuri au cours de la Révolution industrielle. Si ses racines remontent, vous allez le voir, à l’Europe médiévale, c’est bien la libre-entreprise et la profusion d’entrepreneurs qui lui ont donné ses lettres de noblesse, dès le XIXe siècle jusqu’à la révolution numérique que nous connaissons encore à l’heure actuelle.

Selon l’historien français Fernand Braudel, la dynamique du capitalisme remonterait à cette Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge, où les cités-Etats (comme Venise) se sont mises à commercer d’une manière très intensive.

Si cela est bien vérifiable sur le plan historique, il faut toutefois noter qu’une rupture majeure s’opère au cours de la première révolution industrielle (1760-1840) ; une période durant laquelle des dispositifs d’un nouveau genre (comme la machine à vapeur et la machine à tisser mécanique) voient le jour, pour bouleverser les sociétés qui les adoptent. En effet, avec de tels appareils, c’est tout le circuit de production qui gagne en productivité et le volume de biens produits ne cesse de croître.

Au sommet de système vertueux se trouve « l’entrepreneur-innovateur » (cher à l’économiste Joseph Aloïs Schumpeter) qui, protégé par la législation du brevet technologique, peut s’assurer une rente temporaire de monopole lui permettant un « juste retour sur investissement ».

Issus – pour la plupart d’entre eux – des milieux de l’artisanat rural ou urbain, les entrepreneurs
de l’ « âge d’or du capitalisme » façonnent une société où le progrès technologique gagne en
importance.
En effet, bien loin du cliché du chef d’entreprise-gestionnaire (et encore plus de celui du rentier), l’entrepreneur-innovateur est un « aventurier » de l’épopée économique qui privilégie l’investissement audacieux et l’innovation pour parvenir au succès.

Animé par des mobiles psychologiques dépassant largement le simple calcul de comptable (la volonté de puissance, de dépassement, le goût pour le jeu et l’aventure), celui-ci peut alors se lancer dans des projets ambitieux et faire office de pionnier dans des domaines encore nonexplorés.

Cette audace est à l’origine de sauts qualitatifs, dont les grappes d’innovations schumpeteriennes sont les signes les plus visibles.

Immortalisé par la figure du « self made man » américain, le chef d’entreprise visionnaire occupe ainsi un rôle primordial dans la naissance de nouvelles tendances, ce qui lui donne un statut bien supérieur à celui de simple leader de segment de marché.

D’Alfred Krupp à Bill Gates, en passant par l’inévitable Henry Ford, l’entrepreneur-innovateur est ainsi une locomotive qui instille un changement majeur dans l’économie de son époque.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook

Newsletter

To Top

Le livre des 500 Choses à Savoir absolument est disponible !

livre